Le formulaire OpenOffice et son utilisation en classe Comment concevoir un document de travail pour les élèves

, par Rémi Faye

Pour les utilisateurs de Word, consulter l’article Le formulaire Word et son utilisation en classe.

Le principe

Le traitement de texte OpenOffice Writer propose une fonction qui permet de mettre à disposition des élèves un document sur lequel ils peuvent travailler sans courir le risque d’effacer certaines informations : la fonction ‘formulaire’.

Un formulaire est un document dans lequel certains espaces sont réservés à la saisie de texte tandis que le reste du document est figé et ne peut pas être modifié.

Construction du formulaire

Première étape : Dans un document OpenOffice Writer classique, on tape tout d’abord les consignes, les aides, le texte de référence…

Ensuite, il faut créer des espaces dans lesquels l’élève saisira ses réponses, son propre texte…

Un clic sur le bouton « Affichage » dans la barre de menu du logiciel
puis sur l’item « Barres d’outils » fait apparaître un menu déroulant comme celui-ci :

Sélectionner la ligne « Contrôles de formulaire » par un clic gauche (le clic ‘normal’) fait apparaître une nouvelle barre de menu flottante :

Pour ajouter une zone de saisie, il faut cliquer sur le bouton (zone de texte)

Contrairement au traitement de texte Word, la zone de texte n’est pas extensible, il faut donc l’adapter à la réponse que l’élève devra y saisir. Un premier réglage est possible avec les carrés verts qui ornent les coins de la zone de saisie.

Si le texte que l’élève doit taper tient sur une seule ligne ou s’il ne s’agit que de quelques mots, on peut s’arrêter là.

Si le texte doit comporter plusieurs lignes, il est souhaitable de permettre un défilement vertical. Pour obtenir ce résultat, un clic droit dans la zone de texte fait apparaître le menu contextuel suivant :

En effectuant un clic (gauche) sur l’item « Contrôle… », on fait apparaître une fenêtre :

On utilise l’ascenseur à droite pour descendre dans la liste.

Pour l’option« Type de texte », on sélectionne « Plusieurs lignes » et, le cas échéant, pour l’option « Barres de défilement », on choisit « Vertical ».

Il suffit alors de fermer cette fenêtre de paramétrage et le champ de saisie apparaît sous la forme suivante :

Une fois que l’on a formaté le champ de saisie, il est possible de le copier (Ctrl + C) pour le coller (Ctrl + V) à différents endroits du document en effectuant les ajustements nécessaires pour la taille.

On peut aussi ajouter une case à cocher ou une liste déroulante dans laquelle on saisira différentes réponses prédéterminées. Mais ces fonctions présentent ici un moindre intérêt. En effet, d’autres outils (comme Hot Patatoes) sont plus adaptés à ce type d’exercices.

Le document prend maintenant sa forme définitive.

Mais il n’est pas encore utilisable par l’élève. Il faut le verrouiller en mode « Lecture seule ».

Pour cela, on clique dans le menu du logiciel sur l’item « Outils » puis sur « Options » et une fenêtre de paramétrage apparaît.

Dans cette fenêtre, on sélectionne la ligne « Sécurité »
puis on coche les cases « Ouverture du document en lecture seule recommandée »
et « Enregistrer les modifications ».
Cette dernière option permettra à l’élève d’enregistrer le document qu’il aura modifié mais sous un nom différent.
Pour finir, on clique sur le bouton « Protéger » et on saisit un mot de passe (au moins 5 caractères) puis on valide.

Lorsque la présentation est terminée, on enregistre la version définitive du document sur lequel les élèves auront à travailler.

A partir de ce moment, seuls les espaces de saisie sont modifiables.

Travail de l’élève

Le professeur met le document à disposition de l’élève dans un dossier partagé (le dossier de la classe par exemple).

L’élève ouvre le document fourni par le professeur puis, à la fin de son travail, il clique dans le menu « Fichier » puis sur « Enregistrer sous… » et sauvegarde son document, éventuellement en ajoutant son patronyme.

C’est ce fichier que le professeur récupère pour correction.

Dans une salle multimédia de type Edu4, le professeur peut utiliser les fonction de distribution et de rapatriement des documents élèves.

A quoi ça sert ?

L’objectif premier est une utilisation en labo multimédia ou dans une salle informatique. Ce type de document permet en effet de se dispenser d’un support papier qui encombre l’espace de travail de l’élève. Le formulaire est donc particulièrement adapté pour la mise en forme de résultats de recherche sur un site Web. L’élève peut aisément passer de la page de recherche à son document de travail, voire, le cas échéant effectuer des opérations de Copier-Coller.

Cet outil permet en outre de créer des documents dont la présentation normalisée est plus aisée à corriger.

Cette technique se prête aussi à des tâches de rédaction et de mise en forme de l’expression écrite : plus de brouillon, le texte est mis en forme dans le document lui-même et l’élève peut le retoucher par la suite après intervention du professeur. Seule la version finale corrigée sera imprimée, l’élève gardant ainsi une trace écrite ‘propre’ de son travail.

L’enseignant peut également intervenir sur le document (entre deux cours) pour apporter des modifications, suggérer une piste de travail, souligner (ou mettre en caractère gras) des passages à revoir…

Pour finir, le formulaire est relativement bien adapté à un travail collaboratif. Un premier élève intervient sur le document puis l’enregistre dans un dossier partagé par le groupe. Un second élève peut prendre le relais pour compléter…

Quelques exemples :

L’exercice suivant reprend des questions de compréhension sur un texte en proposant une reformulation personnelle ou une synthèse.

Dans un premier temps, l’élève rassemble les éléments du texte qui lui permettront de répondre aux questions. Dans un second temps, il formule son interprétation en rédigeant les réponses. Une amorce peut être suggérée.

Dans l’exercice suivant, il s’agit de présenter à l’élève une série d’expressions qu’il peut utiliser dans la production d’un texte de commentaire ou d’explication.

L’élève rédige les phrases et peut ensuite en modifier l’ordre de manière à constituer le texte conformément à la consigne donnée. Pour cela, on peut naturellement exiger l’ajout de liens et d’articulations logiques.

La même méthode peut être employée pour l’entraînement à la traduction. Chaque unité (élément, phrase ou groupe de phrase) est proposée séparément et l’espace est réservé pour la saisie de la traduction. Cette approche permet de guider l’élève voire simplifie le travail d’évaluation.

 [1]
- Vous pouvez télécharger cette contribution en format pdf en cliquant ici.
- Pour les utilisateurs de Word, consulter l’article Le formulaire Word et son utilisation en classe.

Notes

[1Pour les non-germanistes : « (1) On avait sûrement calomnié Joseph K. (2) car, sans avoir rien fait de mal, (3) il fut arrêté un matin. » (Traduction Alexandre Vialatte)

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)